vendredi 11 octobre 2013

rencontre avec le vieux chien, préraphaelite


Ne pas débarquer ne connaît nul quai où débarquer. Ne jamais arriver implique de n'arriver jamais.
La côte mène jusqu'au moulin, certes, mais l'effort ne nous mène à rien.
C'était par un de ces après-midi d'automne où le ciel offre une chaleur froide et morte, où des nuages étouffent la lumière sous des couvertures de lenteur.
Le Destin ne m'a donné que deux choses: des registres d'aide-comptable et le don du rêve.







En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/le-livre-de-l-intranquillit_799430.html#3QVeX530q51xH9rA.99

Ne pas débarquer ne connaît nul quai où débarquer. Ne jamais arriver implique de n'arriver jamais.
La côte mène jusqu'au moulin, certes, mais l'effort ne nous mène à rien.
C'était par un de ces après-midi d'automne où le ciel offre une chaleur froide et morte, où des nuages étouffent la lumière sous des couvertures de lenteur.
Le Destin ne m'a donné que deux choses: des registres d'aide-comptable et le don du rêve.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/le-livre-de-l-intranquillit_799430.html#t1lZORQVEL3umRjo.99
Ne pas débarquer ne connaît nul quai où débarquer. Ne jamais arriver implique de n'arriver jamais.
La côte mène jusqu'au moulin, certes, mais l'effort ne nous mène à rien.
C'était par un de ces après-midi d'automne où le ciel offre une chaleur froide et morte, où des nuages étouffent la lumière sous des couvertures de lenteur.
Le Destin ne m'a donné que deux choses: des registres d'aide-comptable et le don du rêve.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/le-livre-de-l-intranquillit_799430.html#t1lZORQVEL3umRjo.99


Ne pas débarquer ne connaît nul quai où débarquer. Ne jamais arriver implique de n'arriver jamais.


La côte mène jusqu'au moulin, certes, mais l'effort ne nous mène à rien.




Fernando PESSOA, Le livre de l'intranquillité





à Frédéric V.

frédéric voilley



mais non il ne parle pas de là

il raconte des choses qui sont déjà éloignées
tombées du plaqueminier

oranges jeune
jaune
vivant


il n'erre pas d'outre temps
même s'il traverse des rivages insoutenables

il déglingue sa toile
la déchire de formes intraitables

l'augmente de cent mille contradictions qu'il range dans le jeu de tarot des plombeurs de signes

défait donc la trame
les fils un à un


pourtant tissés dans un cheminement implacable

puis déroule une rangée iconoclaste

juste pour marcher
en clair ou  sous les partitions

en pointillés distillés dans un obscur qu'il ne joue pas

mais qu'il dévoile avec


11 octobre  2013






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire