vendredi 21 septembre 2012

dans l'aire des dérives

huile et collages carte marine et équations manuscrites sur bois - vers 2008 carol s.



















à
et


"Le hasard joue dans la dérive un rôle d’autant plus important que l’observation psychogéographique est encore peu assurée. Mais l’action du hasard est naturellement conservatrice et tend, dans un nouveau cadre, à tout ramener à l’alternance d’un nombre limité de variantes et à l’habitude. Le progrès n’étant jamais que la rupture d’un des champs où s’exerce le hasard, par la création de nouvelles conditions plus favorables à nos desseins, on peut dire que les hasards de la dérive sont foncièrement différents de ceux de la promenade, mais que les premières attirances psychogéographiques découvertes risquent de fixer le sujet ou le groupe dérivant autour de nouveaux axes habituels, où tout les ramène constamment." http://www.larevuedesressources.org/theorie-de-la-derive,038.htmlwww.larevuedesressources.org/theorie-de-la-derive,038.html




Ce n'est  pas la peine de chercher ces cercles dans l'eau, ces miroitements angulaires qui éclipsent la droite ligne logique.

On change de parcours, montée vers d'autres lunes, sphères, aires, registres de pensée.
Perception sans lien avec le reste, mais inscrite dans un scintillement que rien ne déduit.



On passe, un animal  roux flamboyant dans les broussailles, un hélicoptère vivant qui dépose du pollen dans les rives des fleurs.


Ne pas s'accrocher à ces étincelles libérées ...



21 septembre 2011
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire